La fibromyalgie : Vers un mieux-être avec la sophrologie…

2 à 5 % de la population souffre de fibromyalgie.

Mais qu’est-ce que c’est ?

C’est une maladie chronique qui provoque des douleurs musculaires et articulaires dans l’ensemble du corps. La douleur touchant les racines des membres (là où les muscles sont raccordés, par les tendons aux os) caractérise la forme appelée fibromyalgie.

Le corps et le psychisme de la personne peuvent considérablement être impactés par trois facteurs qui vont accentuer le ressenti et la pénibilité de cette maladie : la douleur pouvant aller jusqu’à la souffrance, la fatigue pouvant aller jusqu’à l’épuisement total et des troubles du sommeil (présents chez 80 à 90% des fibromyalgiques). Ces trois facteurs combinés peuvent entraîner un certain nombre de malades vers la dépression. La personne meurtrie dans son quotidien peut être affectée sur tous les plans de sa vie : physique, mental, émotionnel, familial et social.

Cet état douloureux contribue à aggraver des tensions musculaires, une fatigue physique, une fatigue psychologique, une tendance dépressive, et des troubles du sommeil. Voire à réduire l’activité physique qui est pourtant nécessaire au maintien de la masse musculaire. Or le mouvement est à la fois un antidépresseur et un antalgique. Lorsque nous bougeons moins physiquement, nous laissons la place aux pensées négatives, et sur le plan neurologique, au passage des informations douloureuses. C’est là tout le paradoxe et la difficulté de vivre avec cette maladie.

Selon Guy Barnouin, kinésithérapeute ayant travaillé durant 15 ans auprès de malades atteints de cette pathologie, il semblerait que l’une des caractéristiques des personnes souffrant de fibromyalgie serait un rythme de vie intense, un grand nombre de responsabilités pesant sur leurs épaules et des personnes repoussant toujours plus loin leurs limites. L’activité extrême étant un mécanisme de défense, souvent inconscient, qui consiste à s’activer afin d’éviter de penser et de se laisser envahir par des pensées négatives ou anxiogènes.

Ceci étant en lien avec un niveau de stress intense au quotidien: les personnes très actives seraient plus susceptibles de souffrir de fibromyalgie. La suractivité serait un « facteur facilitateur de douleurs chroniques ». Ces patients sont souvent perfectionnistes.

Ainsi, c’est un peu comme un fonctionnement en “mode automatique”. Le risque étant que la personne se déconnecte de son corps et de ses messages. Cet organisme qui souffre enverrait alors des signaux de détresse et de survie de plus en plus intenses afin d’être entendu et considéré. La plupart de ces signaux se manifestant par des douleurs.

On pourrait résumer par le schéma suivant. Toute proportion gardée, tous les malades ne deviennent pas dépressifs non plus !

La sophrologie est une alliée pour les patients atteints de fibromyalgie. Pourquoi ?

Parce que les techniques de relaxation se révèlent être des armes antalgiques naturelles car elles agissent contre le stress, les émotions négatives et donc indirectement sur les douleurs. La sophrologie agit à la fois sur les symptômes douloureux mais aussi sur les facteurs d’amplification que sont le stress et l’anxiété….En effet, si la personne ressent des douleurs dans les jambes, plus son anxiété augmente en créant des tensions dans d’autres zones du corps et en accentuant la sensation douloureuse.

La sophrologie agit aussi au niveau psychocorporel du patient dont la perception du corps est souvent détériorée puisqu’il n’est que douleur. Chez une personne souffrant de fibromyalgie, la thérapie passe par une réconciliation du corps et de l’esprit, la prise de conscience et l’acceptation de son état. Ces étapes permettent de surmonter la peur et les angoisses, permettent de faire la paix avec son passé, d’embrasser de nouvelles valeurs de vie et de lui donner un nouveau sens. Peu à peu, la personne fibromyalgique n’accepte plus que la maladie dirige son quotidien et apprend des techniques qui lui permettent de mieux gérer sa douleur.

En agissant sur la dimension psychocorporelle du patient, la sophrologie permet de développer une perception positive du corps et de désactiver les sensations inconfortables. La sophrologie a également une action au niveau neurophysiologique puisque la détente combinée du psychisme et des muscles engendre des modifications au niveau du système nerveux autonome en libérant des molécules d’endorphine, de dopamine et de sérotonine. La modification du niveau de conscience au cours de la séance induit une légère vasodilatation et favorise l’échange sanguin et l’élimination des déchets, ainsi les organes sont mieux irrigués.

Les ondes Alpha, libérées par l’état de conscience modifiée, favorisent quant à elles l’équilibre psychique, diminuent l’anxiété et libèrent la mémoire et la concentration.

Au fil des séances, la sophrologie permet une prise de recul sur soi-même ainsi qu’une meilleure perception de soi pour faire place à une sensation de sérénité, de confiance et de mieux-être nécessaire pour instaurer progressivement un soulagement.

En s’inscrivant dans le cadre d’une prise en charge pluridisciplinaire, la sophrologie permet d’apprendre à chacun à appréhender différemment les douleurs.

Elle s’appuie sur des techniques psycho-corporelles dont l’objectif est d’atteindre une détente physique et mentale. Dans le cadre de la fibromyalgie, elle permet de : gérer au quotidien l’inconfort des douleurs, d’avoir la capacité de les mettre à distance, de récupérer de la fatigue physique et nerveuse ainsi qu’un sommeil réparateur, de retrouver l’énergie, d’apprivoiser l’anxiété et de pouvoir mieux se concentrer.

Laisser un commentaire

Vous n'avez pas l'autorisation de copier cette page.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close